La Chambre
des intrigues

Passez votre curseur ou cliquez sur les cartes des personnages pour en découvrir davantage !

Cette chambre regroupe des personnes parmi les plus puissantes de la Cour du Roi et de la Cour des Miracles. Bien entendu, le royaume de France est administré au quotidien par les ministres du Roi et le parlement alors que Clopin Trouillefou, roi autoproclamé, règne sur les argotiers avec l’assistance de ses officiers... mais une fois que sont réglées les affaires qui nécessitent l’attention des dirigeants, les politiciens et courtisans de tout acabit et de toute allégeance se réunissent pour discuter de manière plus approfondie des enjeux d’actualité… et tirer quelques ficelles afin que les destinées du royaume coïncident avec leurs projets.

Ces courtisans ont l’oreille des gens les plus puissants du royaume et leur influence leur permet d’ouvrir des portes qui sont fermées à d’autres… ce qui est très pratique pour leurs alliés !

Ne vous fiez pas à votre première impression… Sous leurs bonnes manières, leur charme et leurs sourires de façade se cachent des esprits vifs sans cesse en ébullition et des tempéraments vindicatifs, voire impitoyables… Intimidation et jeux de pouvoir sont après tout leur pain quotidien ! Ce n’est pas pour rien qu’une aura inquiétante plâne sur la Chambre des intrigues… D’avoir dans un groupe aussi restreint des gens servant autant d’intérêts divergents et d’allégeances opposées peut cependant donner l’impression de visiter la fosse aux lions ! 

Les membres de ce groupe sont aussi amenés à prendre des décisions importantes, à négocier des traités avec des royaumes voisins, à gérer les problèmes du peuple et de la noblesse et à s’intéresser à tout autre sujet digne d’intérêt au royaume de France. 

Bref, ils oeuvrent pour le bien de la France… sans oublier de veiller à leurs propres intérêts ! 

Aurez-vous assez de cran et de force mentale pour intégrer la Chambre ? Si ce qui vous intéresse est la politique, les intrigues de cour, le fait d’obtenir de l’influence sans oublier la fréquentation assidue des figures prépondérantes du royaume, ce groupe est fait pour vous. Mais attention où vous mettez les pieds... de l’intrigue au complot, il n’y a qu’un pas, et le franchir n’est pas de tout repos !

Compétences :

Compétence de base : Audience privée 

Cette compétence permet à un personnage de demander une audience privée à un personnage animateur. Le personnage animateur accordera alors une audience en priorité au demandeur.

Une fois la conversation débutée, le joueur ayant demandé audience pourra discuter avec le personnage animateur, mais ce dernier est cependant libre de partir quand bon lui semble. Certains personnages pourraient se sentir offensés d’être appelés à des audiences privées pour des raisons frivoles. Les personnages royaux (Roi, Reine, Cardinal, etc.) pourraient déléguer quelqu'un pour assister à l'audience privée à leur place. Utilisable une fois par période.

Privilège de base : Accès privilégié 

Permet d'emmener une personne avec soi dans un lieu ou événement qui requiert une invitation.

Par exemple, un argotier membre de la guilde pourrait amener un riche marchand à la Cour des Miracles sans que cela ne soit mal vu. Il faut demeurer à proximité de son invité pour qu'il demeure sous la «protection» du membre de la Chambre.

Utilisable une fois par scénario.

Compétence d'acolyte : Influence   

Le personnage peut forcer une personne à s'abstenir de voter lors d’un vote en lui donnant un court argument qui se termine par «Ce serait dans le meilleur intérêt de tous que vous vous absteniez sur ce vote».

Utilisable une fois par période.  

Compétence de chef : Ingérence

Le chef de la Chambre peut s'immiscer lors de n'importe quel type de vote dans n'importe quel conseil ou guilde et voter lui-même.Utilisable une fois par période.

Il siège aussi sur le conseil royal.  

Personnages :

Marie-Madeleine de Vignerot


Jeune nièce du cardinal de Richelieu, elle fut élevée en son château dès la mort de sa mère et ils sont demeurés proches depuis. Son oncle a de grandes ambitions pour elle et espère lui faire faire un mariage prestigieux. Romantique, elle n'a cependant pas envie d’être sacrifiée pour la raison d’État. Elle entra de bonne heure au service de Marie de Médicis en tant que dame d’atours, où, bien que modestement vêtue, elle fait profiter la cour de la fleur de sa beauté. 

Les mauvaises langues diront toutefois que plus son oncle devient puissant, plus elle devient coquette ! Timide et pure, elle ne lève pas les yeux quand on lui adresse la parole. Elle est dévote et c’est aussi une salonnière réputée, grande mécène des lettres, s’intéressant aux nouveaux auteurs.

Marie-Aimée de Rohan

Duchesse de Chevreuse


Spirituelle et hardie, Marie-Aimée fut introduite à la cour par son premier époux, Charles marquis d’Albert, premier duc de Luynes et favori du Roi à l’époque. De cette union naquit un fils dont Louis XIII est le parrain. Charles avait donné à sa jeune femme l’instruction de s'appliquer à gagner les faveurs de la Reine et du Roi. Elle y réussit à merveille et Louis lui-même, séduit par les grâces de sa personne et de son esprit, la nomma surintendante de la maison de la Reine. Le Roi s’amusait fort en sa compagnie, suscitant d’abord la jalousie de son épouse… jusqu’à ce qu’elle noue elle-même une amitié très vive et très forte avec Marie-Aimée. 

Bannie de la cour après une querelle avec le roi, elle y reprit sa place en épousant en secondes noces le puissant Claude de Lorraine. La duchesse de Chevreuse est assurément une figure incontournable de la cour, flamboyante et peu impressionnable, elle ne s’incline que devant la royauté et collectionne les admirateurs.

François de Baradas

Premier gentilhomme de la Chambre


Jusqu’à tout récemment, ce jeune Bourguignon n’était encore qu’un simple page aux écuries. Le roi, venant de le prendre comme favori, l’a fait premier écuyer de la Petite Écurie, premier gentilhomme de la Chambre, capitaine de Saint-Germain et lieutenant du roi en Champagne. Quelle promotion !

Étant de compagnie divertissante, affable et agréable, Baradas passe la majeure partie de son temps auprès du roi pour l’égayer. De quoi susciter l’admiration et l’envie, n’est-il pas ?


Charlotte Marguerite de Montmorency

Princesse de Condé


Par sa naissance, elle appartient à l’une des plus anciennes et illustres familles de France. En 1609, elle entra au service de la reine Marie de Médicis. Alors qu’elle répétait un ballet, le vieux roi Henri IV s’éprit d’elle et fit rompre ses fiançailles avec le marquis de Bassompierre pour la marier avec un prince du sang, Henri II de Bourbon-Condé. Henri IV comptait sur la complaisance de son cousin, réputé préférer les hommes...

Mais celui-ci s’avéra jaloux ; il fit enfermer Charlotte en province et le Roi ne put l’approcher malgré ses multiples tentatives et déguisements ! Au décès de celui-ci, elle put revenir à la cour où elle fait bonne figure depuis, ne prenant part à aucune coterie. Le roi Louis et elle se tiennent en haute estime.


Thibault de Patou

Le Chambellan de la Cour des Miracles


Cet homme possède toute la grandeur d’âme d’un mousquetaire, doublée de l’esprit pratique d’un argotier. Il s’est juré d’être fidèle jusqu’à la mort à Clopin quand ce dernier est intervenu pour sauver sa famille de la vengeance d’un noble de Patou. Depuis, Thibault le sert comme Lancelot servait Arthur dans les légendes de jadis ! 

En tant que Chambellan, il est responsable de l’aspect organisationnel de la Cour des Miracles. Il y maintient un semblant de décorum et gère l’ordre du jour. Omniprésent et d’une grande efficacité, il a gagné le respect de tous les argotiers. Il fait aussi bonne figure à la Chambre des Intrigues, ce qui lui permet d’être informé de ce qui se trame dans les hautes sphères, et même d’y prendre part. De plus, il est la référence pour tous les argotiers qui veulent découvrir le jeu appelé «La prise de Paris».